3 bonnes raisons de travailler avec les « micro-influenceurs »

Parlons des interneteurs

3 bonnes raisons de travailler avec les « micro-influenceurs »

Travailler avec les influenceurs est synonyme de créer du bruit / du « bouche-à-oreille » sur les réseaux sociaux. L’objectif est créer du contenu de qualité visible par une communauté de personnes intéressées avec un(e) influenceur/ceuse, pour que l’on parle de vous.

 » 93% des spécialistes croient que le marketing d’influence est efficace pour accroître la notoriété de la marque « .

Nielsens Global Digital Report 2016

Cette pratique est de plus en plus courante et les méthodes traditionnelles commencent (déjà) à s’essouffler.

Les influenceurs importants sont de plus en plus sollicités, car la pratique est rentrée dans les mœurs en France, ils travaillent de plus en plus avec des marques, et leurs abonnés sont de plus en plus lassés de ce type de collaboration.

casey

Parmi eux, se trouvent les « micro-influenceurs ». Ils possèdent de plus faibles communautés, sont moins connus, moins visibles, mais ils sont, à mon sens, les relais les plus intéressants avec qui travailler aujourd’hui.

 » 92% des consommateurs font confiance aux recommandations d’individus sur les médias sociaux « .

Nielsens Global Digital Report 2016

(Attention de ne jamais confondre audience et influence).

1) La proximité

Ils possèdent des communautés plus faibles que les « influenceurs stars » et sont donc plus proches. Ils interagissent avec leurs abonnés et peuvent leur répondre personnellement. En d’autres termes, ils leur ressemblent et restent accessibles et à l’écoute.

2) La sincérité

Ils sont authentiques et possèdent une énorme confiance de la part de leur communauté. Ils ont, pour la plupart, une plus forte crédibilité, que certains « gros influenceurs ».

3) L’envie

Les micro-influenceurs sont intéressés par des partenariats et sont même souvent plus rigoureux à faire du contenu de qualité, intéressant et utile pour leur audience.

Une « micro-blogueuse » m’a récemment dit qu’elle ne souhaitait pas en faire trop, qu’elle n’acceptait pas toutes les offres de partenariats (même les plus juteuses) et que son objectif était de ne pas trop « grossir » pour garder cette proximité si importante avec sa communauté.

Bonne journée, peace ✌️

— — — — — —

Me suivre sur :
→ Twitter
→ Linkedin
→ 
Medium

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Une réponse

  1. […] 6 000 à plus de 40 000 personnes. Ils font partie du cercle dit des « micro-influenceurs », qui comptent entre 10 000 et 100 000 abonnés (a contrario, les « macro-influenceurs » avec plus de 100 000 suiveurs), appréciés pour leur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *